Selon Abou Idriss El Khaoulani, Hodaïfa Ben El Yeman a dit :

« Les gens interrogeaient l’Envoyé de Dieu sur le bien alors que moi, je le questionnais sur le mal, de peur d’en être affecté :

– Ô Envoyé de Dieu ! lui dis-je, nous vivions dans l’ignorance et l’iniquité et Dieu nous a envoyé ce bien (l’Islam), est-ce que après ce bien le mal réapparaîtra-t-il ? – Oui, répondit-il. – Et après ce mal, aurions-nous à nouveau le bien ? Lui demandai-je encore. – Oui, fit le Prophète, mais il ne sera pas parfait (littéralement : il sera enfumé). – Et qui le corrompra ? – Des gens qui dirigeront sans discernement, répliqua-t-il, méconnaissant les bons des mauvais. – Et après ce bien, le mal sera-t-il de retour ? M’inquiétai-je. – Oui, assura le Prophète, des annonciateurs héleront les gens vers les portes de l’enfer. Ceux qui suivront leur appel seront précipités dans le feu. – Ô Envoyé de Dieu, le priai-je, fais-nous la description de ces annonciateurs ! – Ils feront partie de notre race et parleront notre langue, précisa le Prophète. – Et que me commandes-tu de faire, si je suis présent (à cet événement) ? Lui dis-je. – Reste loyal envers l’assemblée des Musulmans et leur chef (imam) suprême. – Et si, interrogeai-je encore, il n’existe plus ni assemblée de Musulmans, ni imam ? – Eloigne-toi de toutes les factions, m’enjoignit-il, même si tu dois pour cela mordre avec tes dents la racine d’un arbre et y rester accroché ainsi, jusqu’à ce que la mort t’emporte. »

Catégorisé: