Abou El Aswad a dit : « J’arrivai à Médine alors que sévissait une épidémie. J’étais assis en compagnie de ‘Omar Ben El Khattab, lorsqu’un cortège mortuaire passa devant notre groupe. On vanta les mérites du défunt et ‘Omar s’écria : – Cela lui est assuré ! Un deuxième cortège vint à passer et comme pour le premier, on fil l’éloge du disparu et ‘Omar de s’écrier : « Cela lui est assuré ! Un troisième cortège survint ; cette fois-ci, on désapprouva la conduite passée du défunt et ‘Omar s’écria à nouveau : – Cela lui est assuré ! Je lui demandai (alors) : – Qu’est-ce qui lui est assuré, ô prince des Croyants ? – j’ai entendu le Prophète dire, répliqua ‘Omar, que tout Musulman qui réunirait quatre témoignages (de Musulmans) en sa faveur serait introduit par Dieu au Paradis. Comme nous interrogions le Prophète, si trois témoignages étaient aussi valables, continua ‘Omar, il nous répondit par l’affirmative. Nous lui posâmes encore la question pour savoir si deux témoignages seulement pouvaient suffire, il nous dit que cela était valable. Mais nous n’osâmes pas l’interroger sur un témoignage unique. »

Catégorisé: